La guerre des métaux rares: La face cachée de la transition énergétique et numérique ~ Guillaume Pitron

La guerre des metaux rares

Transition énergétique, révolution numérique, mutation écologique… Politiques, médias, industriels nous promettent en choeur un nouveau monde enfin affranchi du pétrole, des pollutions, des pénuries et des tensions militaires. Cet ouvrage, fruit de six années d’enquête dans une douzaine de pays, nous montre qu’il n’en est rien ! En nous émancipant des énergies fossiles, nous sombrons en réalité dans une nouvelle dépendance : celle aux métaux rares.
Graphite, cobalt, indium, platinoïdes, tungstène, terres rares ces ressources sont devenues indispensables à notre nouvelle société écologique (voitures électriques, éoliennes, panneaux solaires) et numérique (elles se nichent dans nos smartphones, nos ordinateurs, tablettes et autre objets connectés de notre quotidien). Or les coûts environnementaux, économiques et géopolitiques de cette dépendance pourraient se révéler encore plus dramatiques que ceux qui nous lient au pétrole.
Dès lors, c’est une contre-histoire de la transition énergétique que ce livre raconte – le récit clandestin d’une odyssée technologique qui a tant promis, et les coulisses d’une quête généreuse, ambitieuse, qui a jusqu’à maintenant charrié des périls aussi colossaux que ceux qu’elle s’était donné pour mission de résoudre. 

 

Aujourd’hui, je propose de vous faire découvrir un essai économique . Publié chez une maison d’édition intéressante et que j’apprécie, Les liens qui libèrent. Un essai fabuleux!

La guerre des métaux rares est le premier livre du journaliste Guillaume Pitron. Il intervient au parlement français et à la commission européenne régulièrement pour parler de son sujet de travail, les métaux et les terres rares.

Il nous fournit ici, une plongée au cœur d’un monde dont on parle encore assez peu aux heures de grandes écoute, les métaux rares.

L’auteur consacre un chapitre, bien nécessaire, à la définition de ces métaux et terres rares. Un chapitre où l’on s’aperçoit que notre quotidien serait bien différent sans eux. Antimoine, Baryte, Béryllium, Bismuth, Indium et tant d’autres sont partout autour de nous. L’indium est utilisé dans les puces électroniques ou encore dans les écrans LCD. Le cobalt est utilisé dans les téléphones portables. Pour citer un dernier exemple, le germanium est utilisé dans le photovoltaïque ou la fibre optique.

Ces métaux rares, utilisés pour fabriquer des objets moins ou non polluant ne sont absolument pas propres. Qui dit minerais, dit mine. Qui dit mine, dit rarement écologie. Et en effet, bien loin de chez nous, des pays nous construisent des objets propres de manière sale. On peut alors se poser la question de l’écologie dans nos sociétés actuelles. A quel point voulons-nous une société moins polluée ? Si on pollue chez les autres, ça compte ? C’est un autre chapitre intéressant que nous propose l’auteur.

Qui dit minerais et terres rares, dit peu de ressources à disposition et donc ceux qui les auront seront largement avantagés sur les autres pays. L’auteur développe un axe fascinant sur la géopolitique vue du point de vue des ces minerais. La Chine est au cœur de la démonstration. L’auteur nous montre la stratégie, totalement réussie, que la Chine à mis en œuvre pour s’accaparer les savoirs industriels des occidentaux et comment le fait que son hégémonie sur ces matériaux peut devenir une réelle menace économique et d’indépendance étatique.

L’auteur finit son livre en se demandant jusqu’où les pays vont aller pour s’approprier ces ressources. S’approprier les océans ? C’est ce qui se passe déjà actuellement. Nouer des alliances avec des pays ayant ces ressources ? C’est ce qui se passe déjà actuellement. Se tourner vers les ressources spatiales ? Mis en œuvre sous la présidence d’Obama. Ré-ouvrir les mines en France ? L’auteur ne serait pas contre. Cela permettrait aux gens de se rendre compte et de ne pas oublier la pollution que c’est énergie verte à notre disposition coûte réellement.

Un essai limpide sur un sujet faisant rarement la une des média. Un essai qui permet de creuser les discours que l’on veut nous faire avaler. Un essai pour comprendre certaines décisions géopolitiques contemporaines. A lire !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s