Vie de lectrice ~ Nouveautés de la PAL

Bonjour à tous,

Faisant le tour des librairies de Lyon au moins une fois par semaine (une vraie addiction, c’est terrible), je voulais vous présenter mes acquisitions livresques de la semaine! 😀 Les livres de la photo représentent les achats faits en librairie hier, mais il y en a trois que j’ai eus en début de semaine.

J’ai acheté pas mal de chose autour du féminisme et de la photographie. Je n’ai pas acheter de fiction, car j’ai une commande en cours dans la librairie de ma ville. Il y a beaucoup de livres, car je ne retournerais pas aussi régulièrement qu’avant faire le tour des librairies de Lyon. La file d’attente devant certaine et le port du masque rendent l’expérience peu agréable. Je vais donc me contenter de la librairie de ma ville, qui est très bien, en favorisant les commandes. 

Enfin le quatrième tome de Shi ! 😀 Une excellente série si vous souhaitez tenter!

Oui, je suis fan de Zidrou Je n’avais pas encore lui cette BD, donc j’en ai profité hier 🙂 C’est un magnifique objet livre au passage !

Il y a quatorze mois, son fiancé, Roald Hodges – membre de la National Geographic Society – a embarqué à bord du Kinship en direction de la Norvège, et depuis… elle est sans nouvelles de lui. Elle questionne régulièrement les autres membres, en vain. Avant de partir, Roald a confié à Emma une mystérieuse enveloppe à n’ouvrir que dans le cas où il lui arriverait malheur. Réfutant cette éventualité, elle décide de tout quitter – sa vie, son confort, l’Angleterre – pour se rendre en Laponie. Et en chemin, elle va peu à peu perdre ses certitudes… Plus qu’une quête à la recherche de son fiancé, Emma va vivre une véritable quête personnelle.

Je suis très contente d’avoir trouvé celui-ci! Marie-Thérèse d’Autriche fait partie des personnages historiques qui m’intéressent énormément Mère de Marie-Antoinette, elle fut impératrice, mère et femme, impressionnant! Une série sur Arte est disponible en quatre épisodes, elle est vraiment très bien: J’ai également lu la biographie d’Elisabeth Badinter, le livre est très bien (et très abordable), mais elle s’intéresse plus à la femme et à la mère. Je voulais un regard historique beaucoup plus présent.

Impératrice d’Autriche (1740-1780), reine de Hongrie en 1741 et de Bohême en 1743, Marie-Thérèse a été considérée de son vivant comme « la mère de l’Autriche ». D’une part, parce qu’elle donne le jour, entre 1737 et 1756, à seize enfants parmi lesquels deux futurs empereurs – Joseph II et Léopold II – et la future Marie-Antoinette.
Mais surtout parce que cette despote éclairée invente un art de gouverner conciliant tradition et modernité, elle procède avec pragmatisme et fait confiance à son intuition. Sa foi catholique va de pair avec une politique inspirée des Lumières. Tout en assouplissant les règles austères qui régissent la cour des Habsbourg, elle pose les fondements de l’Etat moderne et mène à bien de nombreuses réformes pour affirmer l’autorité de l’Etat sur les particularismes locaux : elle institue un Conseil d’Etat qui traite des grandes affaires de l’Empire, unifie la législation et ouvre plusieurs instituts pour former des fonctionnaires civils et militaires.

Dans le même temps, il lui faut se battre à l’extérieur. Dès les débuts de son règne, elle a dû faire face à la coalition des grands Etats européens qui, la France en tête, menacèrent son héritage quand son père mourut (guerre de succession d’Autriche). En fin de compte, Frédéric II lui enlève la Silésie, mais elle consolide la position de l’Autriche par l’acquisition d’autres territoires, tout en nouant de savants mariages pour ses enfants.

Gloria Steinem. Féminisme. Je n’ai rien à dire de plus je pense ^^

Gloria Steinem, aujourd’hui âgée de 83 ans, est une icône féministe américaine, inscrite au  Women’s National Hall of Fame. Journaliste, écrivain, elle a fondé le magazine féministe  Ms.  et, avec Jane Fonda et Robin Morgan, le Women’s Media Center, une organisation qui se bat pour rendre les femmes plus présentes et plus visibles dans les médias. Elle a également participé aux campagnes présidentielles de Hillary Clinton et de Barack Obama.

Ma vie sur la route  est le récit extraordinaire, profondément humaniste, d’une femme qui a passé sa vie à sillonner les États-Unis et à militer. Cette autobiographie en forme de  road trip  se lit comme la passionnante chronique de cinq décennies d’histoire américaine, depuis le discours de Martin Luther King jusqu’à l’évolution des droits de la communauté gay en passant par l’avortement ou la cause amérindienne.

Une ode au nomadisme, à l’intranquillité qui nous pousse à partir à l’aventure et, avant tout, à la rencontre des autres.

J’avais beaucoup apprécié le précédent livre de Camille Froidevaux-Metterie donc je ne me suis enfin motivé à prendre celui-ci!

Les seins des femmes sont-ils le siège visible, désigné, ressenti du féminin ? Ils sont en tous cas au cœur de tensions à la fois intimes et sociales, voire politiques, enjeu de l’assignation des femmes à des normes immémoriales et lieu d’une émancipation revendiquée. Cet essai en dévoile les mille et un signaux à travers une enquête où les femmes livrent leur expérience vécue.

Ronds, fermes et hauts, ni trop petits ni trop gros, à la fois sexy et nourriciers, les seins des femmes sont l’objet d’assignations, d’injonctions et de fantasmes innombrables. Or l’expérience de chacune et de chacun est bien loin de se conformer à ces idéaux. Ces standards sont donc fréquemment vécus comme un poison et les seins réels invisibilisé.

Camille Froidevaux-Metterie a mené une enquête auprès de femmes de tous âges, qui déroulent le fil de leur existence au prisme de leurs seins : de leur apparition au port du soutien-gorge, de la séduction au plaisir sexuel, du poids des normes esthétiques à la transformation volontaire ou contrainte par la chirurgie, de l’allaitement à la maladie… Grands oubliés des luttes féministes, appartenant à la fois à la sphère intime et à la sphère sociale, les seins condensent le tout de l’expérience vécue du féminin contemporain, soit ce mixte paradoxal d’aliénation et de libération. Ce constat s’inscrit dans une dynamique puissante que l’autrice appelle  » tournant génital du féminisme « , mouvement de réappropriation du corps des femmes dans ses dimensions les plus intimes : mieux connaître les organes génitaux et leur fonctionnement, lutter contre les violences sexistes et sexuelles, revendiquer l’accès à une sexualité libre et égalitaire placée sous le signe du consentement. Dans la pluralité de leurs formes et la liberté de leur condition, les seins participent de ce mouvement.

Au cours de son enquête, l’autrice a réalisé des portraits des seins des femmes qui évoquent avec force en regard des verbatims et de l’analyse de cette  » expérience vécue des seins « .

Après avoir vu un documentaire sur la vie de ce photoreporter de guerre, je voulais en savoir plus. Gilles Caron a couvert les grands événements des années 60-70, mai 68, le Biafra ou encore le Vietnam. Il a disparu à 31 ans au Cambodge, on ne l’a jamais retrouvé.

Le documentaire sur Gilles Caron adoptait parfois une approche historique. Lorsque je suis tombée sur ce livre, par hasard, je me suis dit que ça serait une bonne continuité pour savoir comment le photographe a pris cette photo célèbre et surtout, pourquoi elle aurait pu ne jamais exister.

Ce livre regroupe les photos de Cuba (1990) de Jean-Christophe Béchet. Un photographe de rue que je découvre avec un beau travail autour de la lumière qui illumine ces modèles.

Après avoir entendu dire que l’obésité était une maladie par un médecin (ce discours m’a mise hors de moi), ce livre tombe à pic pour s’informer sans la propagande du secteur médical et de la presse féminine. J’ai un peu peur d’un discours moralisateur au final, mais je vais bien voir 😉

Aucun organe n’est aussi méconnu que notre graisse corporelle. Vous avez bien lu : depuis une dizaine d’années, les chercheurs considèrent que notre tissu adipeux est un organe à part entière. Les cellules graisseuses participent à des fonctions essentielles de notre organisme – jusqu’à l’immunité ! Constituées d’innombrables composants, elles produisent des hormones et régulent de multiples processus. Personne ne pourrait se passer de la graisse, et pourtant, on nous répète le même message : il faut en venir à bout, prendre des compléments alimentaires pour la “brûler”, se mettre au régime, attaquer nos bourrelets…

Cet ouvrage passionnant permet enfin à tous de comprendre autant l’épidémie d’obésité que l’inutilité des régimes.

Une excellente BD bourrée d’humour! Je vous en parle un peu plus en détail dans mon article de demain 🙂

Deux mangas que l’on m’a offerts ! 🙂 De très bonnes lectures, je vous en parle un peu plus en détail dans l’article de demain!

Certains livres vous tentent ? 🙂

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s