Royaume de vent et de colères ~ Jean-Laurent Del Socorro

 

royaume de vent et de colères

 

Il y a quelques jours, j’ai fini mon premier livre de Jean-Laurent Del Socorro, Royaume de vent et de colères. Publié dans sa version poche chez J’ai lu et le grand format  chez ActuSF. On entend parler de cet auteur en ce moment puisqu’il vient de sortir Boudicca (ActuSF).

 

 

resume

1596. Deux ans avant l’édit de Nantes qui met fin aux guerres de Religion, Marseille la catholique s’oppose à Henri IV, l’ancien protestant. Une rébellion, une indépendance que ne peut tolérer le roi.
À La Roue de Fortune se croisent des passés que l’on cherche à fuir et des avenirs incertains:  un chevalier usé et reconverti, une vieille femme qui dirige la guilde des assassins, un couple de magiciens amoureux et en fuite, et la patronne, ancienne mercenaire qui s’essaie à un métier sans arme.
Les pions sont en place.
Le mistral se lève.

La pièce peut commencer.

 

mon-avis

 

Autant vous prévenir, cet avis ne sera pas objectif. J’adore l’Histoire et surtout la période du XVIe siècle et les guerres de religion. Donc oui, j’ai acheté ce livre en voyant la date dans le résumé ^^

Premier roman de l’auteur qui a décidé de nous plonger dans le contexte des guerres de religion. L’histoire est courte, la construction du récit se fait sur de courts chapitres racontant le point de vue d’un personnage. Trois parties constituent le récit: le présent, des flash-backs puis le retour au présent et au dénouement. C’est un genre de construction que j’apprécie énormément.

L’écriture est pertinente, elle ne s’embarrasse pas de surplus, l’auteur sait où il nous emmène. Les personnages sont tous bien travaillés, on aimerait tout de même en savoir plus sur eux.

Nous découvrons une mercenaire reconvertie en tavernier, un chevalier dont le titre n’est pas dû à des actes héroïques, un couple de magiciens, une cheffe de guilde d’assassin et un assassin. Les personnages de Jean-Luc Del Socorro sont très humains. Nous les retrouvons dans cette ville marseillaise dont le destin est sur le point de basculer. Nos personnages sont à un carrefour de leur vie. Tout comme la ville, nos héros vont voir leur vie basculer. Ils vont se rencontrer et échanger à la Roue de la Fortune. Cela permet à l’auteur de nous donner une ambiance huis clos prenante.

Mon personnage préféré est celui du chevalier. Il me fait un peu penser au héros de Gemmel. Des hommes ayant perdu leur famille dans des circonstances dramatiques qui vont être obligés de retourner, pour une raison ou une autre, à la bataille. Les personnages de Jean-Laurent Del Socorro sont profondément humains. Le personnage de l’assassin apporte également une vraie touche en plus au récit grâce à se narration particulière.

En sachant que c’est un premier roman, je peux dire qu’il est très bon. Une écriture simple, allant à l’essentiel , des personnages aux caractères forts et le Destin se réunissent pour assembler une histoire dynamique.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s